Rechercher

Trois petites formes sans rapport

Mis à jour : nov. 15




I

J'ai des sillons tout tracés à vous en dégoûter de partir en voyage.

Pas d'horizon en vue.

Je marche à reculons en faisant bien attention à ne pas esquinter mes savates.

Quelques secrets coulent de mes paumes de main, je ne les retiens pas.

Mes plantes de pieds portent la route en cicatrice.

Je crois bien que je suis aussi maladroite qu'une bouteille ivre de vagues.

Je suis dilatée comme une figue pourrie, arrondie, surchargée, sonnée, purgée, boiteuse. J'en perds le contact avec les angles de mon esprit.


Je cherche une surface lisse.

Je redessine les contours de mon corps.

Dynamique !

Je me trouve moite, ma peau fond au soleil et goutte sur l'asphalte.

Je piétine,

Je m'étiole,

Je foire et je m'élance, immobile.

A tous ceux qui ne savent pas où ils vont, je rappelle qu'il n'y a qu'une seule destination.


II

J'ai plusieurs vices à mon arc : vice de forme, vice de fond, vice et versa.Je ne vous raconte pas tout, ce serait trop long et trop scabreux. Mais croyez-moi, j'en ai beaucoup.

Aujourd'hui, je porte un chapeau troué. Le trou est vaste comme un champs de blé.J'y plonge la main, je chute. Je me retrouve en apesanteur, flanquée d'un blouson noir et d'un pantalon jaune soleil.


Je vogue sur les champs de blé vert qui me chatouille les pieds.

C'est pas facile, ça fait peur, mais c'est bon.


III

L'écume roule amère sur la houle.

Le front de mer est maboul. Le gazouillis du bateau salé chante l'écho des vagues.

Il fait mousse, l'océan. Le mas tangue et s'enlise.

Il chuinte, l'océan, et roucoule dans les voiles, les défait, les refait.

Le vent lui claque sa rage indécise.



23 vues

Formulaire d'abonnement

  • Facebook
  • YouTube
  • YouTube
  • Instagram

©2020 par mariefoessel.com. Créé avec Wix.com